Du Tôhoku aux Alpes Japonaises : futatabi vous emmène en voyage✿ Lecture : 7 min

Dimanche 29 juillet, la fin du mois pointe le bout de son nez. C’était décidé dès notre arrivée : le 1er août sonnerait le départ de Tokyo. Nous ne sommes pas si déçus, depuis quelques jours, des présences indésirables de l’été japonais (cafards, frelon, et il y a deux jours, une araignée beaucoup trop grande pour être honnête) rendaient notre maison pas-si-confortable à habiter. Ce matin, après le passage d’un typhon – relativement léger – dans la nuit, ce sont les cigales, plus agréables à côtoyer (mais non moins énormes), qui nous ont salués au réveil.

Moomin a déjà préparé sa valise.

Quand nous avons eu la confirmation de mon échange universitaire à Kyoto, à partir de septembre, nous nous sommes posé la question de l’organisation de notre mois d’août. Voyager un peu, rentrer en France… ? Nous nous sommes finalement laissés tenter par un périple dans des régions du Japon que l’on a rarement l’occasion de visiter, et qui nous attiraient depuis longtemps : le Tôhoku, au nord de Honshû, et la côte de la mer du Japon. Des régions un peu excentrées, qui ont la réputation d’avoir de superbes paysages, mais peu de voyageurs. Des régions, aussi, dont les contours se dessinent en arrière-plan d’œuvres que nous aimons. Yamagata, Niigata, cette « campagne natale » où le protagoniste du Poisson-chat aux trois yeux1Okuizumi Hikaru, Le poisson-chat aux trois yeux, publication originale en 1994, traduit en français en 2004 aux éditions Actes Sud. renoue avec l’histoire de sa famille. Et sous la plume de Kawabata, le fameux « pays de neige »2Kawabata Yasunari, Pays de neige, publication originale en 1935.. Nous aurions d’ailleurs aimé le voir sous la neige, mais n’en avions pas eu le temps cet hiver, et souhaitions profiter des tickets « seishun 18 kippu », qui ne sont disponibles que sur certaines périodes définies (dont le mois d’août). Et comme nous serons bien plus dans le sud à partir de la rentrée, ces destinations deviendront, logiquement, d’autant plus difficiles d’accès. Le moment nous semblait donc tout choisi, en ces vacances d’été, pour nous échapper vers ces contrées où il devrait – en plus – faire un peu plus frais que dans le béton tokyoïte.

Après une préparation en détail au mois de juin, nous attendions donc avec hâte ce départ à la découverte de préfectures où nous n’avons jamais mis les pieds. Choix des destinations, calcul du budget et des temps de transport, réservation des hôtels… . Comme le but est de rejoindre la préfecture de Mie, où une amie nous a conviés le 19 août, nous avons, avec plaisir, rajouté quelques étapes dans les Alpes japonaises, qui se trouvaient sur notre route.

Le grand jour arrive enfin, et je vous invite à découvrir notre itinéraire, puis à nous suivre au quotidien dans cette aventure, dont je pense poster quelques photos chaque jour dans ma « story » sur instagram.

N.B. : pour accéder à mon compte instagram, il faut se rendre à cette adresse : https://www.instagram.com/coline_tky . La « story » est accessible en cliquant sur le rond de la photo de profil (en haut à gauche) ; mais il faut avoir un compte instagram et y être connecté pour la voir. J’épinglerai aussi les jours précédents, dans les petits ronds en dessous du profil. (Pour ceux qui n’ont pas instagram, je mettrai aussi les photos sur la page facebook de futatabi)

 

L’itinéraire :

(Mais ne dites rien à Sylvain… c’est une surprise !)

Cliquez sur l’image pour afficher dans Travellerspoint

2ème étape : Préfectures de Niigata et Nagano
En quittant Tsuruoka, nous irons directement dans les alpes japonaises, à Nagano. Le long trajet – près de 10h de voyage – nous permettra de découvrir les paysages de la région de Niigata depuis le train. J’aurais voulu y faire une ou deux étapes, mais il y a très peu d’informations sur les lieux à voir dans la région. J’ai – un peu à regret – renoncé à visiter l’île de Sado, car cela revenait cher, et m’a semblé compliqué à organiser.
J’ai, à la place, rajouté des visites à Nagano. La ville en elle-même, le temple Togakushi, le lac Suwa, et la station de ski de Hakuba, qui nous rapproche de notre destination suivante.

3ème étape : Préfectures de Toyama et Ishikawa
Nous nous arrêterons une nuit à Takaoka, le temps de découvrir un peu la ville, et d’aller mettre un orteil dans la mer du Japon à Amaharashi. Puis, nous nous dirigerons vers Kanazawa, où nous avons décidé de nous poser un peu ; nous resterons trois nuits dans cette ville, souvent appelée « la petite Kyoto » et qui semble ne pas manquer de charmes.

4ème étape : Préfecture de Gifu
Nous quitterons Kanazawa en bus, pour nous rendre à Takayama, en faisant étape dans les célèbres villages, classés à l’Unesco, de Shirakawa-go et Gokayama. A Takayama, nous resterons également trois nuit, le temps de visiter la ville et de faire un saut à Hida-Furukawa, retrouver quelques points de vue rendus célèbres par le film d’animation Kimi no na ha (Your Name).

5ème étape : En route pour le Kansai
Nous finirons le voyage en rejoignant la préfecture de Mie, où nous sommes attendus par des amis. En chemin, nous passerons par Nagoya, où Sylvain faisait son échange il y a bientôt 6 ans, et par Ise, où nous avons si souvent transité lorsque nous nous retrouvions, à l’époque, le week-end. Un doux retour dans la région qui a bercé notre première année au Japon ; nous allons sans aucun doute nous réjouir de retrouver le Kansai, avec l’agréable sensation de rentrer un peu « chez nous ». Un nouveau « chez nous », à Kyoto, où nous poserons finalement nos valises le 21 août.

 

Transports : le Seishun 18 Kippu

Comme vous l’avez compris, nous emprunterons pendant tout ce voyage les transports en commun ; principalement le train, de grande ville à grande ville, et un peu le bus, notamment pour les destinations en montagne. Afin de diminuer un peu les frais, nous utiliserons le pass « Seishun 18 Kippu », qui représente 5 journées de voyage illimité sur les trains de la compagnie JR (sauf express (急行), limited-express (特急) et shinkansen). Les journées pouvant être non-consécutives, nous l’utiliserons sur les trajets coûtant plus de 2370 yens (puisque le ticket (5 jours) vaut 11850 yens, il est rentable de l’utiliser sur une journée à partir de cette somme) : pour faire Tokyo – Yamagata, Ginzan Onsen – Tsuruoka, Tsuruoka – Nagano, Takayama – Mie, et enfin Mie – Kyoto.

Cette option nous contraint à n’utiliser que des trains normaux (普通) ou rapides (快速), ce qui rend les trajets considérablement plus longs ; par exemple, nous devrions mettre environ 10h à faire Tokyo – Yamagata, tandis qu’en shinkansen, cela prend à peine plus de 2h30. Cependant, ce devrait aussi être l’occasion pour nous d’emprunter des petites lignes de campagne, de traverser des gares peu fréquentées, dont nous apprécions toujours le charme, et, bien sûr, de profiter du paysage – une autre manière, plutôt reposante, de découvrir le pays.

 

Budget : s’y prendre tôt, pour voyager moins cher

Comme toujours au Japon, le plus gros du budget va dans les transports et le logement. Les déplacements, pass de train, bus, éventuels téléphériques, devraient nous revenir à environ 37000 yens par personne. Pour nous loger, nous avons choisi essentiellement des guest houses (dont certaines en dortoir, quand ceux-ci se présentent sous forme de « boxes individuels »), ou, dans les villes où il n’y en avait pas, des hôtels, et en aurons pour 2300 à 4000 yens par nuit et par personne. Le mois d’août est assez prisé des voyageurs, étrangers comme japonais, et certaines villes, comme Tsuruoka, où les hôtels sont très peu nombreux, affichaient déjà presque complet lorsque j’ai réservé, début juin. Entre mes premiers repérages mi-mai et mes réservations, les prix avaient aussi considérablement augmenté. Je conseillerais donc à ceux qui souhaiteraient faire un voyage similaire de s’y prendre tôt ; et ce, paradoxalement, surtout dans les villes les moins fréquentées, où l’offre peut être très limitée.

 

Nous partons donc mercredi, au petit matin, et comptons sur vous pour nous suivre nombreux dans cette aventure !
Ça se passe ici : https://www.instagram.com/coline_tky
Et là : https://www.facebook.com/futatabi.fr

 

Au revoir, notre maisonnette tokyoïte !

Et on retrouvera le blog fin août, pour un nouveau chapitre de l’histoire de futatabi, à Kyoto.

Notes   [ + ]

1. Okuizumi Hikaru, Le poisson-chat aux trois yeux, publication originale en 1994, traduit en français en 2004 aux éditions Actes Sud.
2. Kawabata Yasunari, Pays de neige, publication originale en 1935.

1 Commentaire

  • Claire 2 août 2018 at 20 h 27 min

    Bonjour les “globe trotters ” un petit message pour vs préciser que nous avons arrêté nos dates de voyage avril 2019 0 8 jours environ du 10 au 28 Avril …J’avoue que ns ns centrons Tokyo Kyoto Osaka…
    J’aimerai entrer en contact avec vous des que possible …Nous serons 4 personnes Très bon voyage à tous les deux Bisous.Claire

    Répondre

Laisser un commentaire